Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Pourquoi je n’ai plus foi en les Femen (Ovidie)

8 Mars 2013 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Caroline Fourest, #Religions, #Laïcité

En cette période d’engouement médiatique mammaire, je ne sais s’il est vraiment de bon ton de jouerhttp://metrofrance.com/blog/ovidie/files/2012/12/Photo_Ovidieok.jpg les pisse-froid. J’ai regardé le documentaire de Caroline Fourest, Nos seins nos armes, diffusé sur France 2. Outre le fait qu’il soit techniquement plutôt réussi et très bien monté, il m’a surtout permis de comprendre pourquoi, depuis plusieurs mois, les Femen me dérangent sur bien des aspects.

 

« Fuck God »

J’ai été consternée voire terrifiée lorsque, il y a quelques mois, les premières images des Femen frappées par des membres du cortège de Civitas ont commencé à circuler sur la toile. J’ai éprouvé de la sympathie pour elles, je les ai trouvées courageuses. Je me rappelle avoir fait circuler ces images, ce qui m’avait d’ailleurs valu une suspension temporaire de mon compte Facebook.

Mais, j’avoue avoir également ressenti un grand sentiment de malaise en regardant Inna Schevchenko tronçonner la croix de Kiev. Ce qui est curieux lorsque on regarde le documentaire, c’est que ce jour-là, cette jeune femme a déclaré la guerre aux chrétiens, sans même réellement en avoir conscience. Telle une ado qui ne semble pas comprendre ce qu’on lui reproche, elle raconte presque avec surprise et injustice que les autorités ont voulu l’interpeller chez elle.

J’admets avoir été navrée le jour où les Femen ont renouvelé, cette fois en France, leur opération coup de poing, à Notre dame. Elles souhaitaient devenir, à l’instar des Pussy Riot, des héroïnes des temps modernes. Mais ce qu’elles ont oublié, c’est que si les Pussy Riot ont attiré la sympathie des médias internationaux c’est avant tout parce que la peine à laquelle elles ont été condamnées était disproportionnée. Les Femen, en sortant de Notre Dame, ont mollement été interpelées.

« Là où la religion commence, la liberté s’achève » affirment-elles. Une réflexion digne d’une copie de Terminale L, mais pas de leadeuses d’un mouvement politique qui se veut international. Dire que « La religion c’est l’esclavage » relève du niveau zéro de la réflexion philosophique. Ce n’est pas la religion qui est un problème, c’est son détournement à des fins politiques. Critiquer les positions politiques du clergé, ok. Perturber les croyants dans leur prière et les traiter d’esclaves, non.

« Fuck God » se peignent-elles sur le corps : A quatorze ans, ça se comprend. Au-delà, c’est inquiétant.

 

Lire la suite sur le blog d'Ovidie

Partager cet article

Commenter cet article