Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Nicolas Sarkozy zappé sur le nouveau site Web de l'Elysée (Nicolas Chapuis)

4 Janvier 2013 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Internet

L'Elysée fait table rase du passé numérique. Les traces du précédent mandat ont été supprimées du site de la présidence de la République. Plus de discours ou de photos de Nicolas Sarkozy sur la nouvelle mouture du site Elysee.fr, lancée mi-décembre : la chronologie ne archives-elysee.jpgremonte qu'à mai 2012, moment de la passation de pouvoirs. Il n'en fallait pas plus pour en faire bondir certains à l'UMP. Frédéric Lefebvre, l'ancien porte-parole du parti, s'est insurgé sur Twitter, jeudi 3 janvier, contre ce choix, dénonçant "une forme de lobotomie de la France".

A l'Elysée, on se défend de vouloir effacer le passé. "Quand on est arrivés, le site avait été entièrement vidé de ses contenus et de ses archives", explique au Monde.fr un responsable de l'équipe Web de l'Elysée. Une version battue en brèche par les précédents occupants des lieux. Ils affirment avoir remis le site "aux couleurs de François Hollande", allant jusqu'à rédiger la bio du président et de sa compagne, avant de transmettre les clés du "Château" et les codes Internet. La même équipe avait d'ailleurs créé un site spécial pour stocker tous les contenus de la présidence Sarkozy, frappés du sceau "archives" et conservés sous l'adresse www.archives.elysee.fr.

Mais l'équipe de M. Hollande explique qu'elle a décidé de ne pas le conserver et que le site va bientôt disparaître, dans les jours à venir.

Lire la suite

 


Je n'ai jamais été un partisan de Nicolas Sarkozy, au contraire, mais si ce que raconte Le Monde est vrai, et si le site www.archives.elysee.fr (copie d'écran ci-dessus) disparait, c'est lamentable.

Le façon dont Nicolas Sarkozy mettait en scène son action fait partie de l'histoire, qu'on l'approuve ou non. Chacun doit pouvoir juger.

Cette façon très "1984" de réécrire l'histoire, d'effacer les traces, est stupide, mais on ne la rencontre pas qu'à l'Élysée, hélas.


Partager cet article

Commenter cet article