Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Iran: ne pas ruiner l'occasion d'une sortie de crise, par F. Nicoullaud

22 Juin 2013 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Iran

malbrunot2Je vous propose l'analyse de François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France en Iran, sur les leçons à tirer de l'élection de Hassan Rouhani à la présidentielle du 14 juin.

L'étonnante victoire de Hassan Rouhani à l’élection présidentielle met en lumière trois succès.

D'abord, pour les Occidentaux, le succès des sanctions. Leur effet sur la population a clairement ajouté à son mécontentement et à ses frustrations, et donc à son soutien à un candidat affichant sa volonté d’un changement de comportement de l’Iran à l’égard du monde extérieur. Beaucoup parmi les auteurs des sanctions, aux États-Unis ou en Europe, en attendaient un changement de régime. Il ne s'est pas produit mais l'élection de Rouhani représente certainement un changement d’époque pour la république islamique.

Cette élection est aussi un succès pour le régime. On le disait sclérosé, incapable d'évoluer et de prendre en compte les aspirations de sa population. Le Guide de la révolution et son entourage, comme les Pasdaran qui forment désormais l'ossature du système, ont démontré leur capacité à tirer les leçons du soulèvement de 2009, généré par des élections truquées. Une fois le processus électoral encadré au départ par la sélection de huit candidats loyaux au système, le cœur du régime a su laisser passer au bon moment une grande bouffée de démocratie. Il obtient de ce comportement un nouveau bail en termes de crédibilité, et peut-être même de légitimité, tant aux yeux de la population que du monde extérieur.

L’élection est enfin et surtout un succès pour le peuple iranien, qui a manifesté son irrépressible aspiration à la démocratie, à la modernité, et à la normalisation de la relation de l'Iran avec le monde. Cette aspiration a été en grande partie déçue par la présidence de Khatami, et écrasée sous la présidence d'Ahmadinejad. Elle est réapparue intacte avec l'élection de Hassan Rouhani. Elle ne fera que se développer.

 

Lire la suite sur le blog de Georges Malbrunot

Partager cet article

Commenter cet article