Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Gilles-William Goldnadel, un représentant des Juifs de France? (Benjamin Djiane)

11 Décembre 2012 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Extrême-droite

J'ai souvent critiqué ici les prises de position de Bernard-Henry Lévy. Il anime un site Internet "La règle du jeu", et en toute objectivité je dois saluer cet article de Benjamin Djiane paru sur ce site :


rdj.gifL’horreur de la tuerie de Toulouse s’ajoutant à l’effroi provoqué par le meurtre barbare, en 2006, d’Ilan Halimi a conduit les Juifs de France à douter d’être heureux dans ce pays auquel ils sont tant attachés. Bien sûr, la République est là ! Elle dit, de manière unanime, son indignation. Elle condamne, assure que tout est mis en œuvre pour que de tels actes jamais ne se reproduisent. Elle met des policiers en armes devant les synagogues, les centres communautaires ou les écoles juives. Dans ce climat d’inquiétude où des réponses républicaines doivent être trouvées, certains avancent les leurs…

Alors que la France, après le drame, se retrouvait dans l’unité nationale, le Président de l’association France-Israël et membre du comité directeur du Conseil Représentatif des Institutions juives de France, Gilles-William Goldnadel a voulu faire de ce moment celui d’une révélation pour le moins surprenante portant sur une injustice soi-disant faite, depuis trente ans, à l’extrême-droite. A l’écouter, toutes les attaques qui auraient frappé la communauté juive ne seraient dues qu’à un laxisme vis-à-vis de l’islamisme. Un laxisme voire une complaisance qu’il attribue à la gauche française et aux mouvements antiracistes et notamment SOS-Racisme.

Le monde dans lequel vit Gilles-William Goldnadel apparaît bien étrange. Dans ce monde, l’antisémitisme historique, porté par la droite extrême n’existe pas, ou n’existe plus. Dans le monde de Gilles-William Goldnadel, Marine Le Pen est devenue non pas simplement fréquentable, mais la responsable d’un parti politique qu’il convient d’aider. Aussi a-t-il été, en 2011, parmi les avocats zélés d’une visite de la présidente du Front National en Israël. Visite qui, heureusement, n’a pas eu lieu, Marine Le Pen restant persona non grata pour l’Etat hébreu.

Lire la suite


Et les commentateurs se déchaînent pour prendre la défense de G.-W. G.

Partager cet article

Commenter cet article

Lafrite 11/12/2012 23:25


1. L'auteur n'est pas Bernard-Henry Levy, mais Benjamin Djian.


2. Le contexte politique a changé, ce n'est plus le même pouvoir auquel il faut complaire.

Michel Servet 12/12/2012 01:45



1. Merci de la précision, je corrige le texte.