Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Enzo Traverso: « Il faut savoir nager à contre-courant »

21 Février 2013 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Idées - débats

Enzo Traverso, né dans le Piémont en 1957, est un universitaire de l'engagement et de l'exil. Sa vie et ses travaux semblent infléchir très à gauche ces vers du très à droite Charles Baudelaire, qui closent Le Cygne, l'un des plus beaux poèmes des Fleurs du Mal :

Je pense aux matelots oubliés dans une île,
Aux captifs, aux vaincus !... à bien d'autres encor !

Formé en Italie puis en France, parvenu au grade de professeur de sciences politiques à l’Université de Picardie (Amiens) en 2009, Enzo Traverso est un spécialiste de la question du totalitarisme et des coercitions politiques ou sociales au XXe siècle. Il a publié Les Juifs et l’Allemagne (La Découverte, 1992), Siegfried Kracauer. Itinéraire d’un intellectuel nomade (La Découverte, 1994), La Violence nazie (La Fabrique, 2002), Le Passé : modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique (La Fabrique, 2005), À feu et à sang. La guerre civile européenne 1914-1945 (Stock, 2007), L’Histoire comme champ de bataille. Interpréter les violences du XXe siècle (La Découverte, 2011).

Aujourd'hui, comme de nombreux cerveaux du Vieux Continent, on le trouve au Nouveau Monde : à Cornell, très sélecte université privée de l'État de New York, où il enseigne l'histoire des fureurs européennes contemporaines. Enzo Traverso publie le 20 février Où sont passés les intellectuels ? (Textuel). Il y répond aux questions de l'anthropologue Régis Meyran, qui avait déjà mené, pour la même collection des éditions Textuel, “Conversation pour demain”, des entretiens avec Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (L'Argent sans foi ni loi, 2012).

Où sont passés les intellectuels ?, livre bref, fin et tranchant (108 p.), fait figure de viatique bienvenu en ces temps de basses eaux idéologiques, politiques, morales et civiques. Mediapart a voulu recueillir cette parole qui préfère s'ébrouer du côté de la révolte plutôt que de se fossiliser dans l'inaction. D'autant qu'Enzo Traverso publie, concomitamment, un essai remarquable : La Fin de la modernité juive (La Découverte). Nous lui avons donc téléphoné, outre-Atlantique...

MEDIAPART. Pour Sartre, « l'intellectuel est quelqu'un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas ».

lire la suite sur Médiapart

Partager cet article

Commenter cet article