Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Dieudonné, et après ??

12 Janvier 2014 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Extrême-droite

 

Tout s'est passé comme si Dieudonné était le seul antisémite. On pense à la phrase des « Lettres persanes » « Les Français ... enferment quelques fous dans une maison, pour persuader que ceux qui sont dehors ne le sont pas. »

3127ERalexa.jpgOn a beaucoup parlé d'antisémitisme post-colonial, de communautarisme, de « nouvel antisémitisme », pour faire oublier que les thèmes de l'équipe Dieudonné-Soral sont essentiellement « souchiens », et que ce dernier vend les ouvrages classiques antisémites français du XIXème siècle.

SOS-Racisme vient d'annoncer une plainte1 contre le site « boulevard Hitler », qui est en ligne depuis plus de six mois. C'est très bien, mais pourquoi a-t-il fallu les provocations obscènes de Dieudonné pour s'apercevoir de son existence ?

Tout s'est passé comme si l'antisémitisme était la seule forme de racisme existante. Comme si les grands médias n'avaient pas trouvé la peur de l'islam pour faire vendre, comme si Charlie-Hebdo n'avait jamais essayé de se renflouer avec des (mauvais) dessins stigmatisant les musulmans.

Comme si une militante extrémiste n'avait pas rêvé de « tirer dans le tas » des musulmans.

Comme si la ministre de la Justice n'avait pas été attaquée de manière abjecte par l'extrême-droite à cause de la couleur de sa peau.

Comme si un ministre de l'intérieur n'orchestrait pas la chasse aux Roms, comme si le même n'avait pas à la fois expliqué que les juifs français pouvaient être fiers de porter la kippa2 et que le combat contre le voile était un combat de la République3.

Alors, il faut maintenant se poser les bonnes questions :

L'interdiction à la hussarde des spectacles de Dieudonné crée un précédent dangereux. La voie normale est de sanctionner les propos tenus, etc.. pas de créer des « délits d'intention ». Était-ce la bonne réponse ?

Demain, des catholiques intégristes utiliseront la « doctrine Valls-Dieudonné » pour faire interdire des pièces de théâtre qu'ils jugeront « attentatoires à la dignité humaine », des groupes de pression pro-israéliens feront de même pour demander l'interdiction de manifestations de soutien à la cause palestinienne, etc..

Oublier le principe de base « liberté a priori, sanctions a posteriori en cas d'infraction » peut être très dangereux. On remplace les décisions de justice, avec procès contradictoire, etc.. par des circulaires administratives.

Je pense aussi au précédent des « empreintes génétiques ». Personne n'y voyait d'inconvénient, il s'agissait au départ de confondre les prédateurs sexuels. Et on est passé progressivement aux cambrioleurs, puis aux syndicalistes, puis aux faucheurs d'OGM. Et gare à qui se rebelle !

Il est faux de dire qu'il n'y a pas d'autres moyens de lutter contre le racisme, notamment sur Internet. Certes, des sites sont hébergés dans des pays complaisants, le filtrage des URL ne peut être que temporaire, mais il y a déjà suffisamment à faire avec les moyens existants.

Quels sont les résultats de la plate-forme de signalement « Pharos » ? Pourquoi faut-il que ce soient des associations antiracistes qui prennent le plus souvent l'initiative des poursuites, alors que le ministère public pourrait le faire ?

La Chancellerie serait bien inspirée d'orienter les procureurs dans ce sens, au lieu les inciter à faire sanctionner les militants BDS.

Des groupes connus, avec des responsables identifiés, un local, etc. tiennent des propos « limite », et souvent plus. Qu'attend-on ?

Il existe des moyens de faire appliquer les décisions de justice, et de recouvrer les amendes pénales. Les a-t-on employés ?

On retrouve, avec l'affaire Dieudonné, les mauvaises habitudes sarkozyennes : à chaque fait divers, à chaque émotion publique, on propose une nouvelle loi, qui restreint – comme par hasard – les libertés individuelles. Alors que la bonne méthode consisterait à d'abord chercher à savoir si les lois existantes sont suffisantes, et si oui, à comprendre pourquoi elles n'ont pas été appliquées.

Pourquoi, après les insultes racistes contre Christiane Taubira, a-t-il fallu que ce soient les associations d'originaires des DOM-COM qui sonnent le tocsin pour que le gouvernement, les partis politiques et les associations anti-racistes « non communautaires » se bougent ?

Et il faut aussi de poser les questions suivantes :

Internet, les sites les blogs, Twitter, Facebook, sont devenus les terrains de jeu de l'extrême-droite. Au-delà des nécessaires réponses pénales (pas du flicage et de la censure préalable), il faut se poser la question de l'absence de « ceux d'en face » sur ce terrain.

Dieudonné remplit les salles, ses vidéos sont vues des centaines de milliers de fois, les pages Facebook liées sont « likées » par des centaines de milliers de personnes. Pourquoi ?

Alexa, mesureur d'audience, classe E&R, le site de Soral, au 153ème rang des sites français. Pourquoi ?

 

Partager cet article

Commenter cet article