Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Une journée pour les Harkis

23 Septembre 2005 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Colonisation et esclavage, #Algérie

Le 25 septembre sera une journée nationale d’hommages aux harkis et les préfets ont rappelé que les édifices publics devaient être pavoisés.
Pourquoi le 25 septembre ? La République algérienne, démocratique et populaire a été proclamée un 25 septembre ( 1962) mais il n’y a pas de rapport.
Pourquoi ? Parce que, comme disent les enfants. Chirac a commencé une fois en 2001, un 25 septembre, et on continue.
Pauvres harkis, proscrits en Algérie et haïs en France parce qu’arabes par les "gaulois", et parce que traîtres par les autres victimes du racisme anti-arabe.
Et il est plus facile de pavoiser un jour par an, de déposer des gerbes, que de leur trouver d’autres logements que des anciens camps militaires, du travail à leurs enfants, etc..

On verra bientôt des journées d’hommage et de commémoration, avec drapeaux et gerbes, pour toutes les victimes qu’on a laissé tomber :
Le jour des SDF morts de froid,
le jour des vieillards morts de chaud,
le jour des anciens combattants africains à qui donne trois francs six sous pour le prix du sang,
le jour des mal logés morts brûlés,
le jour des transfusés morts du SIDA,
le jour des morts de l’ESB,
etc..
Et il n’y aura même plus besoin de dépendre des drapeaux de monuments publics, sauf pour les nettoyer.
Et ce ne sera pas eux qui auront le plus de taches.

Partager cet article

Commenter cet article

Karima Larfa 13/09/2010 22:12



Je suis fille de harkis. Je suis moi-même une harki dans mon âme et dans mon sang.


Et j'estime que les harkis ont droit au respect. C'est tout.



Michel Servet 14/09/2010 07:20



Entièrement d'accord pour le droit au respect, à des conditions de vies décentes, à tous les droits de l'homme. J'ai simplement pensé que cette journée était une façon pour le gouvernement
français de se dédouaner à bon compte de ses responsabilités dans le drame des harkis.