Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

De l’antisémitisme à l’islamophobie

5 Mars 2006 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Racisme, #Antisémitisme et négationnisme, #Islamophobie, #MRAP, #Mouloud Aounit

Vincent Geisser, chercheur au CNRS, et Mouloud Aounit, président du MRAP, étaient les invités d’une association de Montigny-lès-Metz pour débattre de la lutte contre les discriminations, de l’antisémitisme à l’islamophobie.

04/03/2006 | CONFÉRENCE: LA LUTTE CONTRE TOUTES LES DISCRIMINATIONS
18h30, entrée: 4€
conférence animée par Vincent GEISSER, chercheur au CNRS
et Mouloud AOUNIT, Président du MRAP, sur le thème de la lutte contre toutes les discriminations, de l’antisémitisme à l’islamophobie.
Lieu : Salle Robert Schuman, Espace Europa-Courcelles
Organisé par : Association des Citoyens de Lorraine
Renseignements : 06.65.70.35.51

Je regrette que l’assistance n’ait pas été à la hauteur de la qualité des interventions. Le débat fut riche et intéressant, mais il y avait quand même fort peu de monde.

Quelques idées-forces, en vrac :

Les victimes des discriminations ne doivent pas baisser la tête, si elles veulent se faire respecter.

Beaucoup ont comparé la situation actuelle des musulmans en France à celle des juifs avant 1939.

Le MRAP lutte contre toutes les discriminations, et refuse de les hiérarchiser.

Le débat sur l’intégration est un moyen de culpabiliser les victimes de discriminations. L’important est la lutte pour l’égalité des droits.

Mouloud Aounit a rappelé les raisons pour lesquelles le MRAP a finalement décidé de ne pas participer à la manifestation du 26 février, organisée à la suite de l’assassinat d’Ilan Halimi. Il a fait remarquer que dans l’appel du CRIF, il n’y avait même pas un mot de compassion pour la victime.

Une loi contre l’islamophobie n’est pas envisageable, ne serait-ce que parce que le mot lui-même et la chose sont niés par beaucoup de gens en France, y compris dans les mouvements de lutte contre le racisme. M. Aounit a précisé qu’elle n’était pas nécessaire, la loi de 1972 (votée à l’instigation du MRAP) permet de faire sanctionner les discriminations fondées sur la religion. Il suffit d’avoir la volonté politique de l’utiliser.

Vincent Geisser a signalé que ceux qui refusaient prendre position sur certains sujets ou de reconnaître la place normale des musulmans dans la société française prétextaient souvent le poids électoral de la “communauté juive” et partageaient donc le même fantasme que les antisémites.

A propos de Georges Frèche, même pas condamné sérieusement par le PS, il a rappelé qu’il était viscéralement antigaulliste, y compris le gaullisme de 1940, et prédit que le PS n’en avait pas fini avec les “dérapages”.

Mouloud Aounit a rappelé que la revendication de la “citoyenneté de résidence”, en clair le droit de vote des “étrangers non-communautaires” était une vieille revendication politique (programme de François Mitterrand en 1981), qu’elle était de mieux en mieux acceptée dans l’opinion publique, à gauche et de plus de plus à droite, mais que le blocage venait de la classe politique.

Les différents intervenants ont tous été d’accord pour appeler ceux qui ont le droit de vote et d’éligibilité à exercer pleinement ce droit.

Un signe inquiétant : il existe maintenant une émigration musulmane française, vers l’Amérique du Nord ou la Grande-Bretagne, pour échapper au climat d’islamophobie ambiant.

Partager cet article

Commenter cet article