Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Têtes de turcs

23 Janvier 2005 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Turquie

Ce matin, la radio parle de l’UDF et de la Turquie.
Alors, ça commence à bien faire, et je pense qu’on joue avec le feu.
L’affaire turque, son exploitation politique et médiatique, montrent que les vrais questions sur l’Europe et la Turquie ne sont pas posées, et que les objections faites ne sentent pas bon.

Les limites de l’Europe :
Il n’y en a pas de géographiques, contrairement à l’Afrique ou les Amériques. La Russie fait-elle partie de l’Europe ? Chypre est plus proche de l’Asie que de l’Europe, mais elle est habitée en majorité par des Grecs, alors..
Limites culturelles : Quatre des cultures européennes concernent aujourd’hui d’autres pays : Amériques anglo-saxonnes, hispanique, lusophone, la francophonie et j’en oublie sûrement.
La question que l’on ne veut pas évoquer est celle-ci : l’Europe des 6 était un club restreint de pays démocratiques, face au danger soviétique, avec une idélogie commune, issue de la social-démocratie et de la démocratie chrétienne. Elle a grandi et s’est diluée, elle ressemble plus à une vaste zone de libre-échange.
On discute des limites géographiques de l’Europe pour ne pas parler de son contenu.
Les vrais problèmes avec la Turquie.
Je distingue deux catégories, l’une honorable et l’autre moins.
Comme la Grande-Bretagne, les 10 nouveaux membres, que choisira la Turquie quand les options européennes seront différentes de ses engagements atlantistes ou de son alliance avec Israël?
Il y aussi des problèmes institutionnels réels : le rôle de l’armée, la Turquie face à son passé ( expulsion des grecs, génocide arménien), la question kurde..
Mais qu’au moins on n’impose pas aux Turcs des conditions plus dures qu’aux autres.
Moins honorable, mais réelle est la question du partage des fonds communautaires. Si la Turquie intègre l’UE, la part des autres sera plus faible. Mais ce sera la même chose avec l’Ukraine, et je n’entends pas les mêmes objections.
Un club chrétien ?
La boîte au fantasmes et aux phobies est ouverte : la Turquie est un pays musulman. Et alors ? Si elle était bouddhiste, que dirait-on ?
Si pour être européen, il faut être chrétien, les autres seront-ils des européens de seconde zone, sujets et non citoyens?
Et les autres, ce seront les musulmans, des Balkans et d’ailleurs, de naissance ou convertis, les juifs, les gens d’autres religions, ceux qui n’en ont pas, etc..
Ensuite, tous ceux qui sont chrétiens à des titres divers ne devront pas être rassurés pour autant, car il leur faudra être de “bons” chrétiens, en attendant que les évêques aient le droit de “dire le bien et le mal” comme à Malte.
Tous ceux qui jouent avec cette turcophobie qui n’est qu’une islamophobie déguisée jouent avec le feu. On sait maintenant, 60 ans après Auschwitz, comment se termine la stigmatisation de personnes au prétexte de leur appartenance à une “race” ou une religion.

Partager cet article

Commenter cet article