Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Philippe Val pourfend la haine et vole au secours de Bernard-Henri Lévy (Henri Maler et Julien Salingue)

3 Août 2017 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #BHL

Le dossier mis en ligne par Le Monde diplomatique« L’imposture Bernard-Henri Lévy » continue à faire des vaguelettes. Après BHL-Moi-Je soi-même dans Le Point, Benoît Rayski sur le site d’Atantico, Philippe Val est descendu de son Olympe pour fustiger le fascisme rouge, avéré ou en devenir (on ne sait…), du Monde diplomatique. Bernard-Henri Lévy lui-même l’avait proclamé dans son plaidoyer pro-domo publié dans Le Point, reproduit sur son site hagiographique « La Règle du jeu » sous le titre « Misère et déshonneur du Monde diplomatique » : «  BHL dévoile la grande dérive rouge-brune de ce qui fut l’organe de la gauche radicale française ». Philippe Val n’est pas en reste et surenchérit [1].

Au commencement était la haine

Philippe Val, ce grand démocrate qui ne laisse à personne d’autre qu’à Philippe Val le soin de s’attribuer ce titre, concède que la critique et la polémique peuvent être légitimes, même quand il s’agit de Bernard-Henri Lévy. C’est pourquoi il dresse une liste des contestations autorisées : c’est-à-dire des contestations que lui seul autorise. On apprend ainsi que « personne n’est obligé de partager les opinions, les goûts et le style de Bernard-Henri Lévy ». Ouf.

Quant aux critiques qui n’ont pas été homologuées, un mot suffit à résumer ce qui les motiverait : la haine. Le mot est employé à pas moins de 10 reprises dans le billet de Philippe Val, qui explique notamment que « la haine n’a rien à faire dans la vie intellectuelle d’un pays libre ». Mais comment distinguer la critique haineuse de la critique amoureuse ? À en croire l’ancien directeur de Charlie Hebdo, la critique haineuse se reconnaîtrait à ceci : ses détestations ne se fondent sur aucun argument précis. C’est ainsi qu’il explique, avec un style emphatique qui fait irrésistiblement penser à celui de BHL soi-même : « Il ne s’agit pas de critiquer Bernard-Henri Lévy, il faut le détruire. Il ne s’agit pas d’un débat démocratique, mais d’une opération de nettoyage. Il ne faut pas discuter ses idées, il faut le salir. »

Comme Philippe Val n’est pas à une contradiction près, il n’a nul besoin de citer la moindre des critiques, solidement étayées, distillées au fil des articles réunis dans le dossier du Monde diplomatique. Une méthode dont Philippe Val est un adepte, lui qui a réussi l’exploit de rédiger en 2015 un brûlot contre les sociologues et le « sociologisme » sans citer les travaux d’un seul sociologue et sans se référer à un seul ouvrage de sociologie… On devait se contenter des fulgurances de Philippe Val, qui nous révélait par exemple que les Pinçon-Charlot « consacrent leur vie à convaincre leur public que l’habitant des beaux quartiers aurait davantage sa place dans un camp de travail ». Voilà qui illustre pleinement, chacun l’avouera, la préoccupation de « discuter les idées » et non de « salir »

La haine du juif et du bourgeois

lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article