Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Mère Teresa était une fanatique, une fondamentaliste et une imposture (Christopher Hitchens)

4 Septembre 2016 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Religions

Elle représente l'asservissement de l’Église au show-biz, à la superstition et au populisme.

L'essayiste Christopher Hitchens a publié cet article sur Mère Teresa en 2003, au moment de la béatification de celle-ci par Jean-Paul II. Nous le republions treize ans plus tard, alors que le pape François va canoniser la prétendue sainte.

Je crois que c'est Macaulay qui disait qu'il fallait rendre hommage à l’Église catholique romaine pour (et elle lui devait sa longévité) sa capacité de gestion et de contrôle du fanatisme. Un compliment oblique propre à une époque bien plus sérieuse. Ce qu'il y a de si frappant dans la «béatification» d'une femme qui se targuait d'être «Mère» Teresa, c'est cet abject asservissement, du côté de l’Église, aux forces du show-biz, de la superstition et du populisme.

L’œil est tout d'abord piqué par un éclat de mauvais goût. D'habitude, quelqu'un ne pouvait être nommé à la «béatification», première étape vers la «canonisation», que cinq ans après sa mort. Un garde-fou contre les excès d'enthousiasme local ou populaire, et la promotion de personnages douteux. Jean-Paul II aura nommé MT un an après son décès en 1997. D'habitude, une procédure d'enquête se mettait en route, comportant notamment l'examen d'un advocatus diaboli, «l'avocat du diable», histoire de vérifier la crédibilité des affirmations extraordinaires. Jean-Paul II aura supprimé ce cabinet et, à lui tout seul, créé davantage de saints instantanés que la somme de tous ses prédécesseurs depuis le XVIe siècle. 

Un miracle? Une arnaque

lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article