Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Stéréotypes, préjugés, procès d'intention : « C'est celui qui dit qui est ? »

15 Avril 2016 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #MRAP, #Racisme, #"Racisme anti-blanc"

On peut lire ceci sur le site du MRAP des Landes :

Stéréotypes et gangrène identitaire

Quand les stéréotypes racistes sont véhiculés par des gens sans responsabilités c’est inquiétant. Il est alors de notre responsabilité associative de lutter contre ces préjugés et stéréotypes

Quand ils sont propagés par des responsables politiques ou associatifs, la chose est alors grave.

Cette vision du "blanc" n’a rien à envier aux autres clichés racistes concernant les musulmans, les arabes, les noirs, les roms ou encore les juifs.

Si le racisme antiblanc structurel n’existe pas, il y a néanmoins bien aujourd’hui des racistes antiblancs.

Sihame Assbague prétend lutter contre les contrôles policiers au faciès, (elle est leader de "stop contrôle au faciès"), elle écrit aussi sur les sites qui prétendent lutter contre "l’islamophobie" et co-signe des appels à manifester. Ce n’est pas un personnage lambda, c’est une militante et responsable associative.

Elle diffuse ici un cliché inacceptable sur le "blanc" (fut-il militant antiraciste !)

Le "blanc" est principalement "blond" avec les trois personnages centraux et de surcroît " à poil"

Comme elle s’affirme militante contre l’islamophobie, elle introduit l’image subliminale de "blanches blondes exhibitionnistes" en opposition aux "musulmanes pudiques" qui portent foulard.

Certains de ceux qui déjà écoutent les sirènes FN, alors qu’ils q’ils triment au quotidien ou sont dans l’angoisse de l’attente d’un emploi, ne vont jamais à la plage, sont blonds ou ne le sont pas, dorment même parfois dans leur voiture, y verront alors le mépris à leur égard et voteront encore plus sûrement pour le parti d’extrême-droite.

Ces stéréotypes néo-raciaux, servent donc objectivement le Front National qui semble ici faire de la sous-traitance confiée à ses supplétifs communautaristes et identitaires.

Minable !

Stéréotypes, préjugés, procès d'intention : « C'est celui qui dit qui est ? »
Stéréotypes, préjugés, procès d'intention : « C'est celui qui dit qui est ? »

Reprenons depuis le début :

Quels sont les stéréotypes racistes véhiculés par Sihame Assbague ?

Dit-elle des membres d'un groupe humain qu'ils sont, au choix, paresseux, voleurs, violeurs, menteurs, violents, sournois, stupides, etc. ? Non.

Dit-elle qu'ils mangent tous des frites, du riz, ne boivent que du thé (stéréotypes non racistes) ? Non plus.

Il n'y a donc pas de stéréotypes, racistes ou pas.

Associe-t-elle cette photo aux « blancs » en général ? Non plus, elle est sensée illustrée « l'antiracisme moral ».

Et ce qualificatif n'est ni injurieux, ni diffamatoire.

Il y a certes une concession intellectuelle dans le texte du MRAP des Landes, il reconnaît qu'il n'y a pas de racisme anti-blanc structurel. Ceci après avoir semé la zizanie dans tout le MRAP et à l'extérieur, en glissant cette notion venue de l'extrême-droite dans un texte d'orientation « inamendable », une sorte de 49-3.

On découvre que militer contre les contrôles au faciès, l'islamophobie, ou plus exactement « prétendre » lutter contre est une circonstance aggravante !! Et de quel droit le MRAP des Landes affirme-t-il qu'il y a prétention, et non pas lutte effective ?

Bien sûr, on peut toujours estimer que les moyens employés ne sont pas pertinents, voire même qu'ils sont contre-productifs (à condition de dire pourquoi et d'en proposer d'autres), mais de là à parler de « prétention », il y a un fossé, celui qui sépare la bonne foi de la mauvaise.

 La suite du texte n'est qu'une suite d'hypothèses sur le sens profond de cette photo, qui reflète certainement plus les schémas de pensée de l'auteur de cette diatribe que les messages subliminaux supposés de Siham Assbague.

La photo n'a même pas été examinée en détail, puisqu'il n'y pas que des femmes, on voit aussi deux hommes et on en devine une troisième. Et le décor (arbres, pelouse) n'est pas celui d'une plage.

Je suis curieux de savoir quels auraient été les accusations de messages subliminaux s'il y avait eu parmi les personnes photographiées un chauve et un moustachu.

Cette photo n'est pas une photo « du blanc générique » et son association à l'état actuel de « l'antiracisme moral », notamment celui de SOS-Racisme n'est pas le fait du hasard.

C'est une des photos illustrant un emballement médiatique et politique, un bide militant et un rétropédalage piteux de SOS-Racisme.

Au départ, il y a une interprétation abusive par un journaliste de la presse locale (L'Union) d'informations policières concernant une bagarre entre filles dans un parc public à Reims en juillet 2015. Le localier a laissé aller son imagination en écrivant « aux relents de police religieuse ».

Et la machine s'est emballée, avec bien sûr toutes les extrêmes-droites, mais aussi SOS-Racisme en pointe, dont @Dan_Dombres « pour lequel la motivation religieuse ne faisait aucun doute », SOS a même appelé à une manifestation de solidarité en maillot de bain contre "l'intolérance religieuse". Ce fut un bide gigantesque : moins de 10 personnes, dont celles qu'on voit sur cette photo sensée illustrer le racisme anti-blanc de certains, et qui n'illustre de fait que la bêtise d'autres. Cette photo a été prise dans le parc public de Reims où avait eu lieu l'altercation,

http://www.lindependant.fr/2015/07/27/l-agression-d-une-jeune-femme-en-maillot-de-bain-a-reims-enflamme-les-reseaux-sociaux,2065157.php

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2015/07/30/le-mea-culpa-de-sos-racisme-dans-l-affaire-du-bikini-de-reims_4704631_3224.html

Capture d'écran. Le Monde

Capture d'écran. Le Monde

Et finalement, il ne s'agissait que d'une « embrouille entre filles », sans aucune connotation religieuse, à moins de penser que « physique de déménageur » soit une injure à caractère religieux...

C'est donc un faux procès qui est fait là. Je conclurai en saluant de travail de Sihame Assbague, ses contributions aux débats.

Stop le contrôle au faciès

Son portait, sans considérations de faciès.

https://twitter.com/s_assbague?lang=fr

Partager cet article

Commenter cet article