Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

Panthéon : catafalque d’une gauche

28 Mai 2015 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Histoire de France, #Solfériniens, #Politique française

Conclusion :

Établir la mort clinique de la gauche de gauche

En défiant symboliquement l’espace communiste, Hollande dit haut et fort que, s’il y a deux droites concurrentes, il n’y a qu’une gauche pensable et qu’elle n’a pas d’autre possibilité que de se regrouper autour de la logique politique pilotée par l’Élysée et Matignon. C’est autour de cette logique, martèle le pouvoir, que la gauche peut encore espérer tirer profit des divisions de la droite en 2017. Les fins stratèges pensent aussi, en tout cas in petto, que c’est cette logique qui, en cas de défaite en 2017, permettra de reprendre le pouvoir cinq ans plus tard.

Mais dans tous les cas, horizon 2017 ou horizon plus lointain, la stratégie choisie suppose qu’une condition soit réalisée : que soit établie la mort clinique, organisationnelle et symbolique, d’une gauche de gauche. L’effacement de la mémoire communiste est, en France, une dimension de la recomposition en cours. Le magistère qui fut celui du communisme sur la gauche française, entre 1936 et 1978, doit être définitivement tenu pour une parenthèse malencontreuse, sinon une aberration de l’histoire.

Il faut prendre au sérieux ce qui se noue autour de la mémoire communiste. Ce n’est pas seulement une question de susceptibilité partisane. Derrière l’enjeu PCF, se profile une question bien plus large : le devenir d’une tradition révolutionnaire, plébéienne et démocratique qui, en France, n’a jamais été politiquement marginalisée, comme elle l’a été dans d’autres pays européens. Il faut mettre fin à cette exception française, pensent les chantres du pouvoir socialiste. La cérémonie du Panthéon participait de cette visée.

Roger Martelli. Publié sur le site de Regards.

Partager cet article

Commenter cet article