Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du vieux singe

La guerre qui vient : l’écrasante responsabilité du camp occidental

13 Septembre 2014 , Rédigé par Michel Servet Publié dans #Europe, #L'empire américain

Quand elles ne s’effondrent pas sur elles-mêmes, l’acte ultime du suicide des civilisations a toujours été la fuite meurtrière vers la guerre. La honte et la désolation en guise d’épitaphe. Ainsi en va-t-il aujourd’hui des "démocraties" occidentales, corrompues, gangrenées, devenues des monstruosités criminelles.

 

 

Bombardements sur Donetsk (Ukraine)

Bombardements sur Donetsk (Ukraine)

Paul Craig Roberts sait de quoi il parle. Économiste, journaliste conservateur américain (Wall Street Journal), sous-secrétaire au Trésor de Ronald Reagan (1981-1982), père fondateur des Reaganomics, il a suffisamment bourlingué dans les milieux de la finance et de la politique pour en bien connaître les rouages interlopes.

Pour lui, l’affaire est entendue. Asphyxiés par la décomposition de leur système financier de domination mondiale, les États-Unis et leurs alliés sont en train de précipiter la planète vers la guerre, via leur bras armé de l’Otan, au risque d’une apocalypse nucléaire [1].

Car dorénavant l’adversaire d’en face évolue dans une division bien supérieure à celle des fous de dieux d’Al-Quaida, du Hezbollah ou du Hamas : rien moins que la Russie historique qui, loin d’être isolée, peut compter sur de solides alliés : la Chine, l’Inde, les pays réfractaires d’Amérique du Sud... et tous les laissés pour compte de la mondialisation financière sauvage.

Un empire occidental devenu fou

« Les élites occidentales et les gouvernements ne sont pas seulement totalement corrompus, ils sont aussi devenus fous » (Paul Craig Roberts).

Partager cet article

Commenter cet article